DÉPÊCHES

Cheikh Ahmadou Bamba, le héros du 05 Septembre

…Tous les marabouts de l’Afrique Occidentale Française furent sans exception convoqués à St-Louis afin d’anéantir l’islam dans les colonies…

C’est devant le Conseil Privé à la date du 5 Septembre 1895 que Cheikh Ahmadou Bamba proclama les préceptes de bases du Djihadoul Akbar après avoir effectué une prière de deux “rakkas” dans le bureau où l’audience se passait en présence des autorités coloniales.

L’objet de la convocation étant la ratification forcée, par les chefs religieux de l’AOF, du traité qui stipulait l’incrédulité de l’islam et de ses principes fondamentaux, toute désobéissance eut comme conséquence la mort dans des conditions atroces ; car les rebelles étaient destinés à être dévoré par un lion affamé.

Les autorités coloniales appelèrent Serigne Coki Mouhamadou Yala Aminata DIOP en premier chef et lui demandèrent de signer. Il refusa catégoriquement et subit le tragique sort d’une proie à la merci de son prédateur. Le second sur la liste fut Serigne Maka Birama Khàli. Tout aussi courageux que son prédécesseur, il déclina la proposition des colons et subit le même sort, tout comme Serigne Balla Thiokète.

Le suivant sur la liste qui fut le fameux numéro 4, en l’occurrence  Cheikh Ahmadou Bamba, signa conformément au Coran, le contraire de ce que stipulait le traité, par les versets de la sourate 112, « Al Ikhlass » :

« Au nom de DIEU, le Clément, le Miséricordieux.

  1. Dis : “Il est Allah, Unique.
  2. Allah, L’Indépendant, celui que tous supplient.
  3. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.
  4. Et nul n’est semblable à Lui”. »

Le Cheikh fut alors jeté dans la cage du lion mais, à la grande surprise et contrairement à ses prédécesseurs, le fauve devint aussi inoffensif qu’un mouton, comme si la bête voyait en Cheikhoul Khadim l’image du Maître bien aimé. Ce dernier donna du pain et des dattes au félin comme le ferait n’importe quel maître pour récompenser l’obéissance d’un animal apprivoisé. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’il affirme : «J’ai dépensé dans le sentier d’Allah ce qui m’a valu qu’un lion même affamé s’immobilise et devient docile devant ma modeste personne ».

Lorsque Khadimou Rassoul rejoignit les quatre-vingt autres marabouts qui attendaient toujours, ils furent tous, si impressionnés de le retrouver intact et qu’ils purent s’empêcher de lui demander par quel moyen il a su dompter cette bête féroce. Question à laquelle il répondit : « Celui dont la disponibilité en la faveur l’envoyé de DIEU est véridique, même s’il croise un lion, verra la bête se soumettre à lui».

Extrait “Yonou Gueidj gui” de Serigne Khadim Gaydel Lô

khadimrassoul.net

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Senalerte.com