Actualités

Trois lourdes gravissimes charges portées contre un candidat à la Présidentielle: Pourquoi Ousmane Sonko doit édifier les électeurs ?

Il a beau jeu de refuser de déférer à la convocation de la Commission d’enquête parlementaire, dans l’affaire des 94 milliards F Cfa. Mais Ousmane Sonko, en tant que candidat au fauteuil du président de la république, a pour obligation et au nom du respect du peuple dont il demande les suffrages, de répondre aux trois gravissimes accusations de Mamadou Mamour diallo.

Premièrement, le directeur national des Domaines accuse le chef de file de Pastef de s’être «fait vendre par la Sicap sa maison de la Cité Keur Gorgui pendant qu’il ét́ait en veŕification fiscale dans cette société»́.

Deuxièmement, selon le leader du mouvement «Dolly macky», un jour, Ousmane Sonko a débarqué dans son bureau, «en disant qu’il avait repeŕé un terrain libre et bien placé dans dakar, sur lequel il voulait construire le siège de son parti, et dont il voulait que je régularise la situation, au plan administratif».

Troisièmement, charge toujours Mamadou Mamour Diallo, «l’ancien directeur du Cadastre, Tahibou Ndiaye, lui avait offert un terrain agricole de plusieurs hectares. Sonko a eu un litige sur ce terrain et il a voulu m’imposer que l’Etat lui en donne un autre, en échange»

Le leader du Pastef-Les Patriotes a déclaré qu’il ne déférerait pas à une convocation de la Commission parlementaire. Ce, aux fins d’éclairer la lanterne du peuple au sujet de l’affaire des 94 milliards FCfa. Il dit ne répondre qu’au Procureur de la République. Mais il y a un fait intrigant dans la réponse que lui a servie le Directeur national des Domaines, au détour d’une interview avec nos confrères de L’Observateur et qui mérite qu’Ousmane Sonko, en tant que candidat au fauteuil présidentiel, brise le silence.

Ou porte plainte, tout au moins, contre Mamadou Mamour Diallo. Pour cause, ce dernier accuse Ousmane Sonko de lui avoir soumis, à deux reprises, des requêtes auxquelles il dit avoir opposé une fin de non-recevoir. Première lourde charge : “Ousmane Sonko a débarqué, un jour, dans mon bureau en disant qu’il avait repéré un terrain libre et bien placé dans Dakar, sur lequel il voulait construire le Siège de son Parti, et dont il voulait que je régularise la situation“. Mamadou Mamour Diallo a indiqué : «il (Ndlr :Ousmane Sonko) a debarqué,́ un jour, dans mon bureau en disant qu’il avait repeŕé un terrain libre et bien placé dans Dakar, sur lequel il voulait construire le Siège de son Parti, et dont il voulait que je régularise la situation, au plan administratif».

Le fonctionnaire dit avoir refusé. “Encore que ce n’était pas un refus definitif : je lui avais simplement fait observer qu’il fallait suivre une certaine procédure et faire preuve de patience, car Pastef ne meŕitait pas plus un terrain que les innombrables partis politiques, associations, ONG et divers groupements qui se trouvent aussi en location. Je pense effectivement que ces deux incidents ne sont pas étrangers à la cabale haineuse qu’il mène contre moi», a accusé le responsable du Mouvement «Dolly Macky» à Louga.

Deuxième gravissime accusation : “l’ancien Directeur du Cadastre, Tahibou Ndiaye, lui avait offert un terrain agricole de plusieurs hectares. Sonko a eu un litige sur ce terrain et il a voulu m’imposer que l’Etat lui en donne un autre, en échange“. Mamadou Mamour Diallo explique qu’il n’était pas à son premier refus au sujet d’Ousmane Sonko. Car, indique le Directeur national des Domaines, «il est vrai que j’ai eu, à deux reprises, à lui refuser une faveur, car j’estimais qu’il me demandait de tordre le cou à la loi. La première fois, je n’étais que Receveur des Domaines. L’ancien Directeur du Cadastre, Tahibou Ndiaye, lui avait offert un terrain agricole de plusieurs hectares. Sonko a eu un litige sur ce terrain et il a voulu m’imposer que l’Etat lui en donne un autre, en échange».

Bien entendu, enfonce le clou Mamadou Mamour Diallo, «j’avais dit niet: au nom de quoi, un problème privé qui ne concernait que lui, devait êre pris en charge par la collectivité?». Ousmane Sonko doit d’autant plus édifier l’opinion sur ces deux gravissimes lourdes charges de Mamadou Mamour Diallo que celui-ci se veut formel à son égard : «Ousmane Sonko ne supporte pas qu’on lui dise non. Menaces, chantage, intimidation, terrorisme médiatique… sont ses armes. Devant celles-ci, beaucoup de gens préfèrent s’écraser pour ne pas subir ses foudres. Pas moi», a martelé son accusateur.

Ousmane Sonko doit surtout briser le mutisme, au sujet de ces accusations que Mamadou Mamour Diallo qui doute, à 100%, de sa probité morale, demande aux Sénégalais de ne pas se laisser tromper par sa barbichette, son côté donneur de leçons et ses hypocrites discours de Monsieur Propre». Troisième accusation : “Sonko s’est fait vendre par la Sicap sa maison de la Cité Keur Gorgui pendant qu’il était en vérification fiscale dans cette société“. Autre accusation d’une gravité extrême : «Sonko s’est fait vendre par la Sicap sa maison de la Cité Keur Gorgui pendant qu’il était en veŕification fiscale dans cette société. C’est plus qu’un conflit d’intérêts, c’est du trafic d’influence, à la limite de la corruption“, affirme le Directeur national du Domaine.

Le leader du Pastef peut ne pas déférer à une convocation de la Commission d’enquête parlementaire, si l’envie l’en démange, mais il ne saurait passer sous silence la défiance à lui faite par Mamadou Mamour Diallo. Qui persiste et signe en ces termes : «j’invite les journalistes à se rendre à la Direction générale des Impôts et des Domaines, où ils pourront veŕifier, très aisément, que lorsque Ousmane Sonko en était le Secrétaire général, la gestion des terrains attribués au Syndicat était très subjective, très clanique».

Pour bétonner son acte d’accusation, Mamadou Mamour Diallo de renchérir : «des agents ont reçu des parcelles de terrain alors qu’ils ne remplissaient pas les critères, uniquement parce qu’ils étaient ses amis (notamment ses compagnons de route depuis l’université). D’autres agents, qui remplissaient les critères, se sont vu blacklister par Sonko et ses affidés et n’ont pas eu de terrains, uniquement parce qu’ils s’étaient opposés à lui sur des questions de principes».

Ousmane Sonko doit surtout éclairer les pans d’ombres qui entourent cette sortie musclée de Mamour Diallo que ce dernier le peint sous les traits d’un caïd assoiffé. “Le vrai Ousmane Sonko est très différent de l’image qu’il cultive. Moi, je le connais trop pour me faire avoir par sa strateégie de mystification. Il est très vénal, malgré les apparences. Sonko s’est fait vendre par la Sicap sa maison de la Cité Keur Gorgui pendant qu’il était en vérification fiscale dans cette société. C’est plus qu’un conflit d’inteérêts, c’est du trafic d’influence, à la limite de la corruption. L’homme est également assoiffé de pouvoir, rancunier, mais surtout, pour quelqu’un qui se pare de principes religieux, c’est un individu schizophrénique, d’une profonde mauvaise foi, d’où sa facilité à salir la réputation des gens.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Senalerte.com